Déparasitage préventif


Hors ligne vuillaumier philippe

  • ***
  •       462
Bonjour à tous et à toutes.

Ca fait maintenant 4 mois que j'éberger quelques Discus Jurua sauvage, et il va être temps de faire un déparasitage interne et externe préventif.

Pour le déparasitage de la peau : FMC ou autre ?
Pour le déparasitage interne : Fluvermale, homéopatie (cina et sepia) ou autre ?

Merci de vos conseils

Hors ligne flicfloc

  • ****
  •       1 428
  • Homme
Bonsoir Aquanewbee.

Je ne suis pas un adepte des "traitements préventifs", tout simplement parce qu'on ne sait pas ce qu'on traite.

Pour les parasites externes, je ne ferais rien.

Pour les éventuels vers intestinaux, ajouter de l'ail à la pâtée vaut mieux que sortir la grosse artillerie.

Surveiller surtout les problèmes branchiaux (vers ou bactéries.)

Pour le reste, essayer de garder un bac en état de propreté irréprochable. Rien d'autre.

Pour les médications homéopathiques:
http://www.chantdeleau.com/forum/index.php?s=4a132077db525f6e640aab955630cdf3&showforum=18

+

Hors ligne Romeo2000

  • ****
  •       2 149
L'ail a été testé par Belphegor sur ses PR, résultats surprenant, voici le lien :http://www.chatcenter2.com/forum/viewtopic.php?t=2005

Hors ligne vuillaumier philippe

  • ***
  •       462
l'ail c'est pour faire fuire les vampires :D

pour la propreté du bac, c'est dur à dire et tout relatif. il y a bien 5 cm de feuille de chène au sol, alors dessous, je sais pas trop ce qu'il y a comme daube. de toute façon, il y a une armée de grouillots fouisseurs qui passent leur temps à me remuer tout ça (Dianema urostriata, farlowella acus, corydoras en troupeau, quelques ancistrus, et des sturisoma). sinon, coté paramètres, RAS (NO3 entre 1 et 2.5, KH 1, GH 1, pH 5.1)

Normalements, les expéditeurs les déparasites à la grosses, mais pas plus que ça. Comme il s'agit de poissons sauvages ils sont plus que surement plein de parasites en tout genre, et encore plus sensible que les autres aux maladies qui trainent dans les aquariums.

autant je fais pas de préventis pour de l'élevage, autant pour du sauvage, il n'y a pas à hésiter

Hors ligne flicfloc

  • ****
  •       1 428
  • Homme
Il y a quand même peu de gens qui gardent leurs discus dans une eau aussi douce et acide. Les risques de parasitoses en sont considérablement diminués.

Il doit y avoir une bonne dose de tanins dans ton bac et tes poissons ont certainement la peau dure :D :D

L'ail, non, ce n'est pas pour les vampires. Je crois que ça contient pas mal de soufre. Je ne pense pas qu'il faille mépriser ces "petits moyens". Lorsque un chien ou un chat a des problèmes intestinaux, il n'hésite pas à croquer du chiendent. L'instinct reste intact (quand il peut être satisfait).

Beaucoup d'éleveurs de discus utilisent l'ail, en mélange. Je ne peux t'en dire plus.

+

Hors ligne vuillaumier philippe

  • ***
  •       462
pour l'ail, en toute honnèteté, dès fois j'en met dans ma bouf et dès fois j'en met pas, et franchement, je vois pas la différence.

Je pourrais te citer de nombreux cas de particulier qui mettent de l'ail dans leur bouf et dons les poissons ont été décimés par les vers.
Si ça aide, ça suffit pas. 8-)

Hors ligne flicfloc

  • ****
  •       1 428
  • Homme
Citer

aquanewbee a écrit :
Je pourrais te citer de nombreux cas de particulier qui mettent de l'ail dans leur bouf et dons les poissons ont été décimés par les vers.
Si ça aide, ça suffit pas. 8-)

C'est bien pour ça que je t'ai parlé de "petits moyens". Je reste intimement persuadé que les conditions de maintenance des poissons sont essentielles (eau et nourriture) et qu'elles diffèrent d'un aquariophile à l'autre. Etablir des comparaisons me paraît difficile. Maintenant, personne n'est à l'abri d'une catastrophe (vers ou bactéries.)

Enfin tu peux utiliser le Fluvermal et le Flagyl (pour faire plaisir à Thierry). Vi :D

+

Hors ligne TJ

  • ****
  •       5 100
Je confirme l'ail n'eloigne que les vampires, pas les vers. Alors même s'il peut egalement servir contre les fantomes, il n'est connu que pour quelques propriétés astreingeantes. rien de plus.

Pour le deparasitage, tu as raison, il vaut mieux en faire un preventif a dose curative, bien entendu, regulierement.

Par contre, je ne traiterais pas les vers externes.

Pour les vers intestinaux, je commencerais par du praziquantel dans la bouffe.

Hors ligne missvanda

  • ****
  •       554
pfff ... c'est pas juste ... :P
moi j'ai attendu des jours avant d'avoir cette reponse ;)
je vois que la solidarité masculine, ca marche mieux! lol :D :D :D :D :D
et oui, Biltricide semble être pas mal en effet!

Hors ligne discus31

  • **
  •       119
Thierry je comptais faire un déparasitage au praziquantel et après au lévamisol pour éliminer les cestodes et nematodes .
est ce que je peux faire les deux simultanément ou cela présente un risque ?
dans l'affirmative combien de temps je dois attendre entre les deux déparasitage interne ?

Hors ligne TJ

  • ****
  •       5 100
Je prefere de loin deux traitements séparés de trois semaines s'il n'y a pas urgence. On ne sait jamais avec les synergies possibles et les surdosages d'autant que la quantité réellement ingérée est difficile a mesurer.

Hors ligne vuillaumier philippe

  • ***
  •       462
OK merci doc ;)

Hors ligne TJ

  • ****
  •       5 100
De rien Jedi assis ! ;)

Hors ligne flicfloc

  • ****
  •       1 428
  • Homme
Bonjour à tous,

Avant de me lancer dans ce que d'aucuns pourraient prendre pour une polémique, je tiens à dire que je suis pas vétérinaire, ni médecin. J'ai quelques notions d'immunologie et une (trop) longue vie aquariophile et piscicole derrière moi.

Un raisonnement que je ne comprends pas: il est bien évident -et je pense que personne ne le contestera- que l'administration inconsidérée d'antibiotiques a conduit à la situation que nous connaissons et dont certains se fichent d'ailleurs royalement: après moi, le déluge !

On me demandera ce que viennent faire les antibiotiques dans ce topic. Je répondrai que tous les êtres vivants possèdent des défenses (et une mémoire) immunologique vis-à-vis de certaines bactéries ou virus. On sait assez peu qu'il en est de même pour les vers parasites.

Ces parasites peuvent induire la production d'anticorps spécifiques. Il en résulte une "vaccination" après une première attaque par ces vers (même soignés.)

Je comprends donc mal la nécessité d'effectuer un "traitement préventif" et encore moins "à des doses thérapeutiques" pour deux raisons bien précises.

Par ailleurs, pour satisfaire ma curiosité, existe-t-il un vermifuge qui ait une action thérapeutique certaine à la fois sur les nématodes et les cestodes ? Pour ma part, je n'en connais pas.

- Le Lévamisole est indéniablement efficace sur les nématodes, mais pas sur les cestodes. Mais, admettons que je me trompe. Les études qui ont été menées chez les poissons montrent que, pour éliminer les nématodes, plusieurs traitement consécutifs sont nécessaires (et générateurs de "stress".) En effet, ce produit n'élimine pas les larves dans leurs premiers stades de développement. Un 2°, voire un 3° traitement peuvent être nécessaires. Ce produit n'est même pas autorisé à usage piscicole dans tous les états de l'Union Européenne .
- Pour les cestodes, un produit, le niclosamide, serait efficace. Il serait commercialisé notamment sous le nom de Mansonil. Je n'en connais pas les posologies.

Donc, effectuer un traitement pour les vers intestinaux risque tout au plus de s'avérer inutile, sauf à répéter l'opération. En revanche, il diminuera probablement, comme un antibiotique, les défense naturelles du poisson. Chez les animaux à sang chaud, le processus est suffisamment connu et il met en oeuvre des anticorps et une secrétion de mucus interdisant aux nématodes et également certains protozoaires de se fixer ou de traverser la paroi intestinale. Une immunité vis-à-vis des nématodes induit donc également une immunité vis-à-vis de protozoaires responsables de nombreuses maladies infectieuses.

La bonne maintenance et l'alimentation adéquate des poissons a donc plus d'effets que ces traitements répétés, que je n'ai jamais pratiqués de ma vie, bien que distribuant des daphnies vivantes, connues comme étant un des vecteurs de ces parasites.

En conclusion, on voit sur tous les forums des aquariophiles débutants se laisser berner en achetant des poissons qui ont nagé toute leur vie dans un mélange d'antibiotiques et voir se multiplier les problèmes une fois dans leur bac. Est-il bien raisonnable de suivre la même statégie avec les vermifuges et ces produits ne risquent-ils pas, à terme, d'induire une même résistance que certaines bactéries vis-à-vis des antibiotiques ?

Pour toutes réclamations, s'adresser à l'Union Européenne des Ichtyopathologistes et à leurs chercheurs. Je ne suis qu'aquariophile :D

Hors ligne TJ

  • ****
  •       5 100
Quel long post. Néanmoins intéréssant.

Reprenons les points essentiels.

Effectivement praziquantel et flubenol (ou levamisole) ont chacun leur cible privilégiée. C'est pourquoi nous les utiliseront un apres l'autre.

Effectivement les poissons peuvent induire une certaine tolérance a ces vers.

Cependant, le discus étant un poisson fragile, l'experience montre qu'il vaut mieux les déparasiter régulièrement. Comme tous les mammifères d'élevage du reste, qui sont également vérmifugés systématiquement.

Il est également clair que sur un discus adulte, et maintenu dans de bonnes conditions, ce traitement peut s'averer superflu. Mais pour les poissons en croissance ou amenés à se reproduire, il est indispensable.

Oui, il faut renouveller les traitements a cause des oeufs et des larves. Nous y reviendront lorsqu'il sera temps.

Et tu a raison, il est dangereux de systématiser les traitements, surtout quand ils sont mals faits. C'est pourquoi je parle de traitement préventif à dose curative.

J'espere n'avoir rien oublié.



Mots-clés


Sujets connexes

A titre préventif

En apprendre plus sur ...

7
Déparasitage des Discus

Spécial : Discus

5
8
Déparasitage poissons sauvages

Discussions sur l'aquariophilie

2